Quand des typographes censuraient leur propre journal.

L’Éclair Comtois du 19 février 1920 Cet épisode éditorial de l’Homme Libre illustre l’importance de l’agitation sociale et politique qui marqua, entre autres, la presse française en 1919-1920. C’est l’Éclair Comtois qui en informait ses lecteurs. Information intentionnelle pour déprécier les typographes militants d’extrême gauche. A la fin de l’année 1919, la presse parisienne avait … Lire la suite Quand des typographes censuraient leur propre journal.

Misère de « la Presse Bisontine ». La grève coûte.

La Presse Bisontine du 25 janvier 1920 Les éditions  des dimanches 18 et 25 janvier n’eurent que deux pages, dont les 3/4 de la seconde pour de la publicité. Les pages publicitaires des éditions dominicales habituelles disparaissaient et, avec elles, des ressources pour chacun des trois journaux. Un accord dut être établi entre eux pour décider … Lire la suite Misère de « la Presse Bisontine ». La grève coûte.

L’élection du Président de la République

La Presse Bisontine du 18 janvier 1920 Pour comprendre ce billet, il faut lire le précédent. Illustrer la terne neutralité de cette Presse Bisontine, obligée de satisfaire trois lignes éditoriales  différentes, peut se faire à partir de l'exemple des élections à la Présidence de la République. Elles eurent lieu le 17 janvier, avec réunion des … Lire la suite L’élection du Président de la République

« La Presse Bisontine », journal éphémère né d’un long conflit social

Édition du 14 janvier 1920 Le mercredi 14 janvier ne parurent ni le Petit Comtois, ni l’Éclair Comtois, ni la Dépêche Républicaine de Franche-Comté, mais à leur place la Presse Bisontine. Comme l’indique la bannière de cette édition, la publication émanait de la section bisontine de la Chambre syndicale des maîtres-imprimeurs de Bourgogne-Franche-Comté. La première … Lire la suite « La Presse Bisontine », journal éphémère né d’un long conflit social

Le journal passera-t-il à quinze centimes ?

L'Éclair Comtois du 8 janvier 1920 Déjà en août 1917, pendant la guerre, les rédactions avaient préparé leurs lecteurs pendant un mois pour leur faire accepter l’inévitable hausse de cinq à dix centimes de leur journal. La décision ne revenait pas à chaque organe de presse, mais à l’office national de la presse et au … Lire la suite Le journal passera-t-il à quinze centimes ?