Un espion alsacien au service de la France en 1914-1915, Alfred Meyer

Le Petit Comtois du 29 août En août 1921, René Froissy, un chroniqueur du Petit Comtois rédige un récit patriotique de l’action d’espionnage en 1914-1915 d’un Alsacien, Alfred Meyer. Son écrit est lié à une cérémonie qui s’était déroulée peu de temps avant sur les lieux où Meyer avait été fusillé par les Allemands, comme … Lire la suite Un espion alsacien au service de la France en 1914-1915, Alfred Meyer

André Spitz

Le Petit Comtois du 23 août 1921 La chronique « Beaux-Arts » de l'édition du 23 août 1921 permet la découverte d’un artiste natif de Besançon – le 15 octobre 1883 –  ayant terminé sa vie à Pontarlier le 24 août 1977 : André Spitz. Quand le rédacteur loue les quelques œuvres qui occupent alors la vitrine des … Lire la suite André Spitz

En vacances en Franche-Comté, en 1817…

… Ou les vacances de Charles Weiss en août-septembre 1817 Franche-Comté & Monts Jura, d’août 1921Revue mensuelle éditée de 1919 à 1939 et accessible sur memoirevive.besancon.fr Dans le n° d’août 1921, Georges Gazier, conservateur de la bibliothèque municipale de Besançon confie à la rédaction de la revue Franche-Comté et Monts-Jura le journal de Charles Weiss … Lire la suite En vacances en Franche-Comté, en 1817…

Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (27 juin 1779-1832) (dernière partie)

(Suite des deux articles précédents) Ces années 1806-1814 épuisent Bailly par la dureté des campagnes militaires auxquelles il participe, tout particulièrement la terrible retraite de Russie. Mais chacune de ses lettres témoignent encore et toujours de l’indéfectible amitié qu’il porte à Weiss. En décembre 1806, il est en Pologne au chevet de blessés de la … Lire la suite Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (27 juin 1779-1832) (dernière partie)

Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (1779-1832) (2ième partie)

Article précédent pour les années 1796 à début 1801.              D’avril à juillet 1801, il embarque avec l’expédition navale de Ganteaume pour l’Egypte où il devait  renforcer les troupes parties en 1798 avec Bonaparte. Avant le départ il écrit à Weiss depuis l’Indivisible, bateau amiral de la flotte qui dut faire retour à Toulon « par la faute … Lire la suite Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (1779-1832) (2ième partie)

Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (1779-1832) (1ère partie)

Le Petit Comtois du 24 juin 1921  1921 était l’année du centenaire de la mort de Napoléon. Ce fut l’occasion d’une communication par Georges Gazier président de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon, le jeudi 23 juin, résumée dans le Petit Comtois du lendemain et reprenant une correspondance entre François-Joseph Bailly  et Charles … Lire la suite Un officier de santé de l’Empire : François-Joseph Bailly (1779-1832) (1ère partie)

Emile Jeannin, un pionnier de l’aviation décrié à Besançon

Le Petit Comtois du 30 mai 1921 Appartenant à la famille des pionniers de l’aviation, Emile Jeannin, dont la famille est originaire de Besançon, ne laissa pourtant pas dans cette ville un souvenir apprécié. Alsacien, né à Mulhouse en 1875, il s’y fit connaître comme coureur cycliste. Amateur passionné de sport mécanique, il délaissa le … Lire la suite Emile Jeannin, un pionnier de l’aviation décrié à Besançon

Ferdinand Buisson rêve encore à une école unique

Le Petit Comtois du 19 mai 1921 La tribune de la une du Petit Comtois est due à Ferdinand Buisson (1841-1932). J’avais oublié la longévité de ce grand pédagogue laïque et j’en étais resté à son œuvre sous Jules Ferry quand il dirigeait l’enseignement primaire ou à son action en faveur de la Société des … Lire la suite Ferdinand Buisson rêve encore à une école unique

D’un fait divers… à la Grande Guerre

Le  Petit Comtois du 6 mai 1921 Ce fait local du 5 mai 1921, paru dans le Petit Comtois le lendemain, me pousse à découvrir un homme qui joua du couteau et du revolver contre deux gardes-champêtres de Besançon alors qu’ils ne le menaçaient pas. Comment peut-on participer à une fête de quartier avec de telles … Lire la suite D’un fait divers… à la Grande Guerre