Un journal d’opinion vu par son rédacteur en chef

L’Éclair Comtois du 1er juillet 1920 Il est difficile d’apprécier Louis Hosotte, le rédacteur en chef de l’Éclair Comtois. Depuis bientôt 7 ans que je lis ses tribunes écrites entre 1913 et 1920, il m’est apparu insupportable par son virulent antisémitisme. A plusieurs reprises, on a pu déceler son regret de la monarchie, surtout parce … Lire la suite Un journal d’opinion vu par son rédacteur en chef

Une rue Louis Pergaud à Besançon

Le Petit Comtois du 18/06/1920 On trouve dans le Petit Comtois du 18 juin 1920 une demande pour baptiser une rue de Besançon du nom de louis Pergaud. Elle fut faite en vue du Conseil municipal de cette ville du 21 juin 1920. Ce fut chose faite, presque six ans après, lors du Conseil municipal … Lire la suite Une rue Louis Pergaud à Besançon

La crèche Bersot de Besançon

Le Petit Comtois du 8 juin 1920 Cette crèche existe depuis la fin du XIX e siècle. Elle est toujours en activité. François Louis Bersot (1822-1888), un industriel local, bienfaiteur de la ville, la finança. Buste de Louis Bersot sur memoirevive → Ce compte-rendu d’une visite à cette crèche interroge : s’agit-il d’une information intéressée ou … Lire la suite La crèche Bersot de Besançon

A propos d’un plan de Besançon

Sur Gallica Bnf. Plan daté de 1895 Pour se repérer dans Besançon à la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1920, il est utile d’observer ce plan de 1895 des Établissements Lardier, imprimé chez Gerst. L’entreprise Lardier était installée rue Bersot et connue aussi pour une production importante de cartes postales dont … Lire la suite A propos d’un plan de Besançon

Besançon : meeting de la CGT avec Galantus

Petit Comtois et Éclair Comtois du 22/03/1920 Se remémorer ce que furent les meetings ouvriers depuis la fin du XIXe siècle rappelle les profondes transformations du monde du travail depuis cette époque. La classe ouvrière n’avait peut-être pas d’homogénéité et ses divisions étaient apparentes, mais une conscience de classe existait bel et bien auprès d’un … Lire la suite Besançon : meeting de la CGT avec Galantus

Désaccords à propos du monument aux morts de Besançon

Petit Comtois et Éclair Comtois de la mi-mars 1920 http://memoirevive.besancon.fr/ark:/48565/a011349893234E5mI9t/1/1 Mémoirevive, qui met en valeur les ressources de la Bibliothèque d’Étude  et de Conservation de Besançon, a déjà présenté l’historique du monument aux morts de la ville. Un À la loupe de 2015 permet sa découverte  et tout est dit sur l’emplacement, la construction, la … Lire la suite Désaccords à propos du monument aux morts de Besançon

Besançon : le feuilleton de la sirène d’alerte ne se termina pas avec la guerre

La Dépêche Républicaine de Franche-Comté du 9 mars 1920 Plusieurs articles de ce blog ont présenté l’inénarrable épisode du projet, de l’installation et des premiers fonctionnements de la sirène d’alerte de Besançon. - Une sirène d’alerte aux attaques aériennes pour le 19 septembre 1917 - Quand la sirène d’alerte sonnait tous les jours pour le … Lire la suite Besançon : le feuilleton de la sirène d’alerte ne se termina pas avec la guerre

Charles Emmanuel JODELET

Le Petit Comtois du 21 février 1920 Charles Emmanuel JODELET (1883-1973) est un artiste d’origine comtoise, né à Augerans (Jura), près de Dole, où il travailla comme graveur et lithographe. Ses œuvres les plus connues concernent l’opéra Garnier de Paris. Il se spécialisa dans la représentation des petits rats. Avec un moteur de recherche et … Lire la suite Charles Emmanuel JODELET

Condamnations à mort

La Presse Bisontine du 4 février 1920 Au conseil de guerre tenu à Besançon le mardi 3 février 1920, la sentence fut extrême : dégradation militaire et peine de mort pour Lucien, Paul Testu. Le 10 octobre précédent, l’individu avait tiré sur son supérieur qui lui faisait un reproche mineur mais justifié, le blessant grièvement. Quelques … Lire la suite Condamnations à mort

« La Presse Bisontine », journal éphémère né d’un long conflit social

Édition du 14 janvier 1920 Le mercredi 14 janvier ne parurent ni le Petit Comtois, ni l’Éclair Comtois, ni la Dépêche Républicaine de Franche-Comté, mais à leur place la Presse Bisontine. Comme l’indique la bannière de cette édition, la publication émanait de la section bisontine de la Chambre syndicale des maîtres-imprimeurs de Bourgogne-Franche-Comté. La première … Lire la suite « La Presse Bisontine », journal éphémère né d’un long conflit social