Une offensive allemande attendue…

... Ce sera Verdun à partir du 21 février. L’Éclair Comtois du 11 février 1916 L’Éclair Comtois, en une, s’appuie sur le Times et cite un officier anglais, le colonel Repington. Celui-ci, sur la même ligne que l’état-major français s’attend à une offensive allemande et il se livre à des hypothèses variées. Et il montre … Lire la suite Une offensive allemande attendue…

Nouvelle donne dans les Balkans

Le Petit Comtois des  5 et 6 octobre 1915 et l'Éclair Comtois du 6 octobre. Après l’été 1915 où l’incertitude de l’engagement bulgare conduisait la diplomatie de l’Entente à faire des offres à Sofia pour éviter son basculement du côté austro-allemand, l’automne dans les Balkans tourne à l’avantage des puissances centrales. La Bulgarie a fini … Lire la suite Nouvelle donne dans les Balkans

La guerre de siège a commencé…

… Et les observateurs l'identifient bien comme une guerre d'usure. Les Petits Comtois des 8 et 10 octobre 1914 La première guerre mondiale a été une guerre de tranchées avant tout. Les deux premiers mois ont vu la guerre de mouvement déplacer des masses de soldats et de matériels à grande vitesse. Le choc de … Lire la suite La guerre de siège a commencé…

L’historien Albert Mathiez récidive…

…dans sa volonté d’annexions territoriales aux dépens de l’Allemagne. Le Petit Comtois du 3 octobre 1914 Déjà, le 28 septembre, dans la même tribune, ce grand professeur d’histoire, alors  à la faculté des Lettres de Besançon, spécialiste de la Révolution, avait fait part de beaucoup de fermeté et d’exigences vis-à-vis de l’Allemagne, rendue totalement responsable … Lire la suite L’historien Albert Mathiez récidive…

Impatience et élucubrations de certains Français en septembre 1914… Comme certains Allemands en 1912.

Le Petit Comtois du 19 septembre 1914 Dans la même édition du 19 sept, le Petit Comtois nous livre les avis de Français avides de conquêtes territoriales et désireux de démembrer l’Allemagne et aussi, rétrospectivement, les vœux irrationnels d’un journaliste allemand, pangermaniste, en 1912.  D’abord, il s’agit, en une, de faire remarquer l’impatience de lecteurs … Lire la suite Impatience et élucubrations de certains Français en septembre 1914… Comme certains Allemands en 1912.

La bataille de la Marne, mal baptisée…

Les Petits Comtois des 8, 9 et 10 septembre. Injustement limitée au nom de cette rivière, la bataille qui permet le rétablissement de l’armée française par l’arrêt et le recul des troupes allemandes s’est, en fait, déroulée de  Meaux à Verdun. Le Petit Comtois le comprend bien dès le 8 septembre, deux jours après ses … Lire la suite La bataille de la Marne, mal baptisée…