André Spitz

Le Petit Comtois du 23 août 1921

La chronique « Beaux-Arts » de l’édition du 23 août 1921 permet la découverte d’un artiste natif de Besançon – le 15 octobre 1883 –  ayant terminé sa vie à Pontarlier le 24 août 1977 : André Spitz.

Quand le rédacteur loue les quelques œuvres qui occupent alors la vitrine des Beaux Arts, à l’angle de la rue de la Préfecture et de la rue Mégevand à Besançon, André Spitz n’est pas encore bien connu, mais son talent retient l’attention du journaliste.
Depuis sa démobilisation en juin 1919, il occupe un poste de professeur de dessin au lycée Henri IV à Paris ; il avait eu la même activité au lycée Victor-Hugo de Besançon de 1904 à 1914.

Diverses aquarelles étaient exposées et deux d’entre elles se rapportaient au parcours militaire de l’artiste. D’après la chronique, elles représentent la rade et les rues de Salonique où marchent des soldats.

Dans la « plateforme ouverte du patrimoine », on trouve cette photo d’une œuvre de Spitz exposée au salon de l’Armée d’Orient de 1916. Et c’est la seule oeuvre de cet artiste accessible sur ce site.

André Spitz, en effet, a fait une bonne partie de la Grande Guerre dans l’Armée d’Orient, comme capitaine. Quand il expose à Besançon en 1921, c’est aussi avec des souvenirs de cette période marquante pour l’homme et pour l’artiste frappé par « la limpidité du ciel hellénique ou la rade bleue de Salonique ».
Sur sa fiche matricule, on lit la citation et les décorations qui le récompensèrent. Il reçut aussi la Légion d’Honneur à titre militaire, mais la base leonore ne contient pas les documents attachés à sa décoration.

Les lignes consacrées à Spitz sur site De Artibus Sequanis rejoignent les propos du rédacteur du Petit Comtois : un grand artiste dont l’œuvre est peu connue dans l’entre-deux-guerres comme aujourd’hui. 
Toutefois, les philatélistes savent qu’il dessina et grava de nombreux timbres pour la Poste française de 1938 à 1968 et c’est cette activité qui fait plus pour sa notoriété aujourd’hui que ses peintures.

Le billet du Petit Comtois commence par parler d’un portrait peint par Spitz et le commentaire est dithyrambique : remarquable, science parfaite, virtuosité, un des meilleurs spécialistes. La personne représentée n’est pas précisée dans le journal ; Spitz fit de nombreux timbres avec portraits de médecins, de héros de la résistance et de diverses célébrités. Il y fait preuve des qualités remarquées par le rédacteur en 1921.

En 2004, une exposition au Musée d’Art Sacré du Gard, à Pont-Saint-Esprit  valorisa son œuvre picturale.
Et, à Besançon, le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie détient un de ses tableaux intitulé Le Pilier des quatre évangélistes du cloître de Saint Bertrand de Comminges.
La reproduction ci-dessous m’a été aimablement envoyée par le Centre de Documentation du Musée.

© Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie – Photographie P. Guénat

Cette oeuvre date de 1932, elle obtint la médaille d’or au Salon des Artistes Français. C’est une peinture à l’huile, sur toile, de 146 cm x 122.5 cm.

La précision du dessin, la mise en perspective de ce pilier pris dans le côté ouest du cloître annoncent le talent dont il fera preuve dans sa série touristique de timbres postaux magnifiant certains monuments français, dont des cloîtres, comme celui de Moissac. 
Ici la réussite tient au jeu des lumières dont on distingue plusieurs origines, donnant une coloration inattendue aux évangélistes comme au chapiteau qu’ils supportent à l’instar de cariatides.  La galerie sud, au fond ouvre sur un horizon de clarté des montagnes pré-pyrénéennes, atténuant les contrastes de l’ensemble sans réduire la vision du pilier des évangélistes. Celui-ci est  parfaitement cadré dans un des arcs de la galerie sud.

Pour ce sujet réduit à un espace restreint, écartant la perspective qui magnifie habituellement les cloitres – depuis un angle externe ou  interne aux galeries pour en montrer toute l’ampleur – André Spitz fait preuve d’une maîtrise remarquable. Et j’apprécie aisément  les éloges lus dans le Petit Comtois et sur De Artibus Sequanis pour cet artiste peintre que je découvre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s