Un meeting aérien agité : Morteau 7 et 15 août 1921

Plusieurs Petits Comtois de la 1ère moitié d’août 1921 et l’Eclair Comtois du 18 août.

Dès le 4 août, le journal annonçait de façon alléchante l’importance de ce meeting d’aviation. Il prévoyait une affluence de Suisse et des environs de Morteau attendue à 15 000 personnes d’autant que des autobus devaient acheminer les spectateurs depuis plusieurs bourgs environnants jusqu’au point de déroulement du spectacle.
On attendait quelques grands noms : des pilotes comme Herbelin sur son Spad, connu pour ses onze victoires sur les Allemands, Roger Ronserail, célèbre pour avoir abattu le pilote allemand vainqueur de Pégoud, le parachutiste Jacques Verney, et un président de la manifestation bien connu localement,  le député Girod, aviateur lui-même et politique ayant œuvré constamment pour l’aviation française.

Or, le lendemain de ce qui aurait dû être une fête aérienne, la presse faisait part des problèmes divers qui gâchèrent cette journée : accident grave pour un aide mécanicien, avion en panne pour Ronserail obligé de partir à Luxeuil pour en chercher un autre, refus par un commissaire de laisser pratiquer le saut en parachute…

Le 9 août, Roger Ronserail croyait nécessaire de donner des explications par un courrier adressé au Petit Comtois et publié le 11 août. Admettant « un four lamentable » pour nommer ce qui s’était passé, il expliquait qu’une suite d’imprévus était en cause et non un laisser-aller des pilotes.

Et Ronserail donnait rendez-vous le 15 août pour refaire ce meeting dans de bonnes conditions et en respectant les annonces faites : acrobaties aériennes, saut en parachute…

Et le spectacle eut bien lieu comme le relate le Petit Comtois du 17 août. S’il n y eut que 4000 spectateurs, moins que ce qui était attendu le 7, l’enthousiasme fut là. Pourtant quelques averses et un vent assez fort ne facilitèrent pas les vols.

Ronserail sur Nieuport et surtout Herbelin sur son Spad VII firent preuve de témérité avec  loopings, vrille, feuille morte…

Le parachutiste annoncé ne fut pas Verney mais Planquier dont le saut  angoissa  beaucoup de spectateurs, tant la pratique en était encore à ses débuts et pouvait créer de l’émotion (cf. ci-contre, l’avis de l’Eclair Comtois)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s