Les Tchèques sans les slovaques ?

Petit Comtois du 6 juin 1921

Les lecteurs qui ont connu la scission entre Tchèques et Slovaques en 1993 ont pu être étonnés de la rapidité avec laquelle elle s’est faite après la chute du communisme qui figeait depuis 1945 toute velléité nationale au sein de la Tchécoslovaquie.

Or, le rappel des tensions entre les uns et les autres dès 1918-1921, au moment même de l’unité tchécoslovaque et de la signature des traités de Saint-Germain-en-Laye (septembre 1919)  et de Trianon (juin 1920) l’entérinant,  permet de comprendre que cette union entre deux peuples était fragile dès la naissance de leur Etat commun.

Le rédacteur n’ignore pas que la nouvelle Tchécoslovaquie n’est pas composée que de Tchèques et de Slovaques.  Il nomme les 3 millions d’Allemands des Sudètes, mais aussi les Ruthènes de l’Est et les Hongrois du Sud du pays slovaque. S’il voit déjà le rôle que pourront jouer les Allemands sur l’affaiblissement de cet Etat, pour l’heure, il s’attache aux tensions entre les deux principaux peuples qui donnent leur nom à la Tchécoslovaquie nouvelle.

En 1918-1921, l’action des indépendantistes slovaques est motivée par les craintes d’une domination de la Bohême, pays tchèque. Ceux-ci essayèrent vainement de revendiquer une nation slovaque indépendante lors des traités d’après-guerre. Ils n’approuvaient pas l’union que leur compatriote Ratislav Stefanik décida avec les Tchèques Benes et Mazarik en 1917-1918 à Paris. Stefanik lui-même souhaitait plus d’autonomie pour les slovaques, mais il ne put travailler à cette cause car il mourut prématurément en mai 1919.

En 1921, la question tchécoslovaque inquiétait tous les diplomates conscients que la disparition de l’Empire d’Autriche-Hongrie était loin d’avoir favorisé la paix, mais avait plutôt recréé des Autriche-Hongrie en miniature ; la Tchécoslovaquie était une de celles-là.

Si la Tchécoslovaquie disparut si vite après la chute du communisme  en novembre 1989, lors de « la révolution de velours », c’est bien parce que l’antériorité des demandes d’autonomie slovaque était ancienne et n’avait cessé d’exister depuis la naissance de cet Etat.
Dès 1990, on parlait déjà d’une République fédérale tchèque et slovaque et non plus de Tchécoslovaquie. Et le 31 décembre 1992, la scission était faite en plein accord. Depuis, ces deux Etats, Slovaquie et Tchéquie, ont intégré l’Union Européenne en 2004.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s