Un hub convoité en 1921: Yap

Le Petit Comtois du 12 mars 1921

Aujourd’hui où les câbles sous-marins de télécommunications et surtout de l’internet avec la fibre, véritables autoroutes de l’information, sont sous haute surveillance stratégique, on découvre avec intérêt cette préoccupation américaine dans l’Océan Pacifique au lendemain de la Grande Guerre.

Le chroniqueur régulier du Petit Comtois pour les affaires internationales, Louis Cordelier, porte son attention, et la nôtre, sur un îlot du Pacifique, Yap (ou Jap selon les sources), appartenant à un archipel des îles Carolines en Micronésie et pour lequel les Etats-Unis revendiquent un mandat d’autorité à la SDN.

Carte de 1918 : situation de Yap dans l’archipel des Carolines, aujourd’hui dans l’Etat de Micronésie.

Après un rappel judicieux des décisions prises lors du Traité de Versailles sur les colonies allemandes confiées aux vainqueurs comme mandats, Louis Cordelier énumère celles du pacifique, Marshall, Mariannes, Carolines et Palaos. Et il note qu’elles revinrent au Japon, membre de l’alliance contre les puissances centrales en 14-18.

Enfin, il donne l’explication de cette revendication américaine sur Yap. L’île servait de relais important pour les câbles télégraphiques. La Pacific Cable Station reliait l’Australie aux EU dès 1902 et un autre câble reliait le japon et les EU en 1906. Depuis, d’autres liaisons avaient été développées.

Sur Gallica, on trouve une carte de 1915 présentant les communications télégraphiques du monde avec le tracé des câbles sous-marins. Avec celui de Guam, on y voit le « hub » de Yap, écrit Jap ici. L’île pouvait relier en direct Shanghaï, le Japon par Guam et les Indes néerlandaises. Elle était un relais entre les Etats-Unis et la Chine et l’Asie du  Sud-Est.

On comprend mieux l’attitude américaine avec cette information. Le rédacteur développe ensuite la course aux armements navals que se livrent EU et Japon dès l’après-guerre et parle avec assurance d’un conflit à venir inévitable entre les deux puissances.

Après avoir fait part de son scepticisme sur la capacité de la SDN à l’éviter, il décrit la montée des tensions telle qu’on peut l’envisager à cette date. On n’est alors qu’en 1921, mais on peut déjà lire les certitudes d’un observateur français  féru de relations internationales. Pour lui, ces tensions américano-japonaises sur Yap, renforcent l’opposition conduisant ces deux Etats à un face à face belliqueux dégénérant en conflit.

On sait qu’il sera déclenché en 1941 avec l’attaque japonaise sur Pearl Harbor renforçant le caractère mondial de la seconde grande guerre du XXe siècle.
Et la conclusion de Louis Cordelier est d’une clairvoyance remarquable. La guerre nippo-américaine n’éclatera pas pour Yap précisément, mais elle éclatera bien.

2 commentaires sur “Un hub convoité en 1921: Yap

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s