Besançon : Un Monument aux Morts pour la Patrie en 1798-1814

Le Petit Comtois du 8 mars 1921

Le 14 octobre dernier, un tweet rappelait que Besançon avait eu un Monument aux Morts pour la patrie bien avant 1924 avec celui qui fut inauguré à cette date en l’honneur des morts de 1914-1918.

Le Petit Comtois du 8 mars 1921 publiait une recherche sur ce monument disparu, recherche due à Léon Nardin.

Partie d’une initiative municipale de 1796, la réalisation du Monument fut confiée aux Bisontins Luc Breton, sculpteur, et à  l’architecte Claude Colombot, tous deux de Besançon, à condition de réutiliser des matériaux préexistants.

L’Eglise Saint-Pierre, devenue bien national, disposait d’une œuvre de Luc Breton : un tombeau en marbre ou sarcophage supportant un groupe sculpté, la Vierge au Christ mort, du même Luc Breton. C’est le Conseil Général qui fit la proposition de les utiliser avant que l’église ne fut mise en vente et que cette œuvre risquât de disparaître. La municipalité de Besançon s’y rallia, mais seul le tombeau fit partie du monument.

Voici l’ensemble visible à l’arrière de l’autel sur cette carte postale de 1904-1930 sur memoirevive.besancon.fr

Le monument devait être installé dans « le petit jardin fermé du Champ de Mars » (Chamars) avec pour inscription ajoutée dessus : « aux citoyens morts pour défendre notre liberté ». La Piéta de Luc Breton resta peut-être à Saint-Pierre, même s’il avait été prévu de la laïciser.

Fin nivôse an VII, le monument était en place, inauguré le 20 septembre 1800 (3e jour complémentaire de l’an VIII). Il ne devait pas exister longtemps car dès 1806, les cultes ayant repris à l’église Saint-Pierre, une demande pour récupérer le sarcophage fut faite. Elle ne fut suivie d’effet qu’en 1814 et encore parce que, de janvier à mai, la ville était assiégée par les Autrichiens et que Chamars risquait d’être soumis au feu des canons de l’ennemi. Pour préserver le monument, le curé de  Saint-Pierre eut l’autorisation de le récupérer.

Image empruntée à la base Palissy, ministère de la Culture.

Besançon eut donc bien un Monument aux Morts plus d’un siècle avant les lendemains de la Grande Guerre de 14-18. La Vierge au Christ mort a retrouvé son socle-tombeau et sa place dans l’église Saint-Pierre.
L’œuvre est classée depuis 1908.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s