« Ne goutotte de lolo ». La Goutte de lait.

Le Petit Comtois du 4 décembre 1920 et d’autres ressources sur memoirevive

L’article du Petit Comtois du 4 décembre 1920 est l’occasion de rappeler ce que fut la Goutte de lait. Cette œuvre municipale se chargeant d’aider les mères et leurs nourrissons. Apparue en 1894 à, Fécamp, cette organisation essaime rapidement dans de nombreuses villes où des médecins, parfois élus municipaux, ont à cœur de lutter contre la mortalité infantile liée au manque d’hygiène en rapport avec de l’alimentation. Ils encouragent l’allaitement et aident les mères qui ne peuvent allaiter.

En cette fin d’année 1920, on comprend à la lecture de ces lignes que les effets économiques et sociaux néfastes de la guerre sont encore vifs. Le rédacteur parle de la crise du lait, de son manque et de son coût.
La municipalité de Besançon avait institué la Goutte de lait dès la Belle Epoque, en 1901. Elle ne s’adressait alors qu’aux nourrissons. En 1920, le problème d’approvisionnement en lait étant plus général, on décida d’en étendre le bénéfice aux enfants de moins de trois ans, aux femmes enceintes et à certains malades.

Craignant la pénurie, la mairie s’inquiéta de la consommation de lait et crème dans les cafés, hôtels et restaurants. Finalement, celle-ci étant de peu d’importance, il ne fut pas question de la restreindre, mais on y avait songé en cas de nécessité. De plus, l’inflation sévissait et la municipalité était prête à prendre un arrêté si des abus lui étaient signalés.

Deux ans après sa création à Besançon, de grandes actions récréatives sont organisées afin de  financer l’œuvre sociale de la Goutte de lait. En mai 1903, elles sont annoncées dans une plaquette de quarante pages, pour beaucoup publicitaires, consacrées aux entreprises donatrices, mais avec un rappel sur l’utilité de cette oeuvre et son règlement. Plusieurs pages de poèmes agrémentent la brochure.

L’illustration de la page de couverture est due à  Maurice Boutterin qui a fait l’objet de plusieurs articles dans ce blog.. Editée pour la kermesse de financement de la Goutte de lait en mai 1903, elle inclut un très joli conte franc-comtois d’Henri Bouchot, écrivain et historien, célébrité bisontine. On y rencontre Becquet le sculpteur et on assiste aux échanges culturels entre un petit parisien rachitique venu se soigner avec le lait local et les petits bisontins délurés de la banlieue des Tilleroyes.

Carte éditée à l’occasion de la kermesse de la Goutte de lait. 17 mai 1903

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s