Bolchevisme et Jacobinisme

Le  Petit Comtois du 17 août 1920

Encore une recension, la précédente était du 13 août.

Il s’agit d’un article d’une revue spécialisée, Scientia de janvier 1920, revue de Milan qui accueillit la réflexion de l’universitaire Albert Mathiez confrontant l’actualité à l’Histoire. Bien connu de ce journal de Besançon, le Petit Comtois, dont il partageait l’opinion et l’engagement politique  Albert Mathiez avait déjà publié  de nombreux articles dans ce quotidien.

Spécialiste de la Révolution française, il s’était déjà livré à cette comparaison entre les deux révolutions, française et russe, entre Bolcheviques et Jacobins. Il l’avait fait à chaud, au moment de la révolution « d’octobre », avec inévitablement des erreurs d’appréciation par manque de recul, mais il avait tout de suite fait des rapprochements.

Depuis, sa réflexion s’était enrichie de la suite des évènements russes après novembre 1917 et il avait publié le résultat de son analyse dans cette revue milanaise, Scientia, en début d’année. Le chroniqueur Albert Roussel s’en fait l’écho dans sa « chronique des livres ».

Le critique est tout acquis à l’auteur et ne fait que souligner la pertinence des propos de celui-ci. Il n’y a pas à en discuter lorsqu’il s’agit de mettre en évidence des analogies de contexte précédant ces deux révolutions qui « sont sorties de la défaite et se sont imposées par l’émeute ».

De même les origines bourgeoises de ces révolutionnaires instruits les rapprochent. Leur volonté de donner à l’État les moyens coercitifs pour imposer des mesures de justice sociale est comparable comme leurs appuis populaires d’ouvriers et de paysans, de déshérités et de mécontents. Cela donne deux dictatures, avec une République à l’autorité absolue se traduisant par la même tyrannie ramifiée à l’infini. Une poussière de tyranneaux locaux représente le pouvoir central.

Ils diffèrent dans leur vision de la lutte : pour les Jacobins entre aristocratie et roture et pour les Bolcheviques entre possédants et non-possédants.

Mathiez insiste sur la différence des uns, patriotes en guerre contre l’envahisseur étranger, avec les autres, internationalistes et traitant parfois avec l’ennemi. Il se garde de présenter la France jacobine comme conquérante, ce qu’elle fut pourtant.

Le lendemain, le Petit Comtois du 18 août rendait compte du retour de Russie des socialistes français MM Cachin et Frossard. Ils y avaient rencontré Lénine et comparaient aussi la révolution russe à la révolution française, pour dire que son retentissement dans l’Histoire serait comparable. Mais par aveuglement socialiste ou par souci de propagande ils ne voulaient montrer que les réussites à venir de la Russie bolchevique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s