Louis Hosotte et les « Protocoles des sages de Sion »

L’Eclair Comtois du 10 juin 1920

Plusieurs billets de ce blog ont rappelé l’antisémitisme viscéral du rédacteur en chef de l’Eclair Comtois. Cette fois-ci, il jubile de trouver dans le Times, journal qu’il dit très sérieux et non antisémite, des inquiétudes devant le soi-disant péril juif mis en lumière par les « Protocoles des sages de Sion », ce faux écrit d’un complot qui aurait été ourdi par des Juifs et paru entre 1902 et 1905 en Russie.
Pour Louis Hosotte, il serait en train de triompher en Russie bolchevique où les communistes sont pour la plupart juifs.

Il argumente avec de longs extraits des Protocoles dont il ne met évidemment pas en doute l’authenticité et la véracité.

D’abord, il se réfère au complot économique dont le but serait de provoquer une crise pour mettre dans la rue les masses laborieuses et les conduire à déposséder l’aristocratie foncière. On trouve là le contexte social russe de 1905 et la révolution avortée à cette date. Ensuite, il insiste sur les ressemblances entre ces Protocoles et ce qui se passe en Russie depuis 1917 et surtout avec le succès quasi assuré des Bolcheviques en 1920. La violence, l’intimidation, la confiscation des propriétés, les terreurs de la guerre sont en effet visibles dans la Russie soviétique naissante. De plus, et Hosotte insiste là-dessus, des Bolcheviques, et pas des moindres, ont une origine juive.

Cela peut se vérifier aisément et Hosotte signale que la presse non antisémite l’affirme elle aussi en citant Trotsky, Zinoviev ou d’autres. Mais quoi d’étonnant dans cette Russie héritée des tsars et des boyards si une partie des révolutionnaires provenaient d’une catégorie de la population urbanisée, éduquée et persécutée ? Quant à la judaïté de certains bolcheviques, elle ne faisait pas d’eux des pratiquants et leurs relations avec la communauté juive russe ou extérieure à la Russie n’avaient rien de particulier.
Le rédacteur démontre ensuite que d’autres journaux que le sien (comme le Times qui sert de fondement à sa démonstration) accréditent l’idée d’un lien entre Juifs et Bolcheviques aussi  bien en Hongrie, Pologne que Russie. Or, dans cette Europe de l’Est, les pogroms sont encore fréquents entre 1919 et 1921 et la guerre russo-polonaise en favorise certains. On voit mal comment les Juifs auraient toléré cela s’ils avaient, en tant que juifs, dirigé la révolution bolchevique.

L’expression méprisante de judéo-bolchevisme allait être florissante dans l’entre-deux-guerres dans les milieux d’extrême-droite.

Louis Hosotte est un maurrassien et comme Charles Maurras, il croit au complot juif pour dominer la France et à une domination juive internationale.
Sa conclusion en est la parfaite illustration.

2 commentaires sur “Louis Hosotte et les « Protocoles des sages de Sion »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s