Peugeot : des automobiles, mais aussi tracteurs, moteurs d’avions…

Le Petit Comtois du 29 décembre 1919

A la rubrique de Beaulieu (Doubs), alors commune indépendante, désormais rattachée à Mandeure, le Petit Comtois du 29 décembre 1919 résume l’importance de la firme Peugeot au Nord de la région comtoise au sortir de la guerre. L’occasion en est donnée par le salon de l’aéronautique de décembre, mais aussi par ce qui fait désormais la notoriété de l’entreprise : l’automobile et les courses.

Consciente de l‘intérêt des succès sportifs pour la publicité de la marque, Peugeot continuait à investir dans les compétitions les plus connues. Le coureur automobile André Boillot, frère de Georges dont il a déjà été question ici à propos d’un billet concernant le Petit Comtois de fin mai 1916  est cité ici pour son succès sportif à la Targa Florio.

Il y participera encore plus tard comme le montre cette photo du journal l’Auto du 14 avril 1923.

En juin, André avait courut aux 500 miles d’Indianapolis remportés par la marque Peugeot (billet pour le 3 juin 1919)t, mais n’avait pu terminer sa course en raison d’un éclatement de pneumatique. Jules Goux s’était classé troisième.
André Boillot commençait une décennie de succès dans les courses automobiles, le plus souvent sur Peugeot, jusqu’à sa mort, en juin 1932, dans un accident lors d’essais de course de côte. 

La suite de l’article du 29 décembre rappelle que Peugeot fait tourner une dizaine d’usines dans le pays de Montbéliard et qu’il dispose de nombreuses succursales en France comme à l’international. D’ailleurs, André Boillot commença son travail avec Peugeot dans la succursale de Londres avant guerre.

Et l’on apprend que l’entreprise tenta une fabrication de tracteur agricole. Cette année 1919, ses démonstrations furent photographiées par l’agence Meurisse, et Gallica Bnf nous en donne un beau tirage pris au concours de motoculture de Senlis en septembre. On peut remarquer le système de chaînes qui rappelle fortement celui des chars d’assaut. Après guerre, la firme a tenté diverses applications à partir de ses prototypes de tanks, et Gallica Bnf en fournit plusieurs exemplaires photographiques.

Et, pendant la guerre, l’entreprise joua un rôle dans la conception et la production de moteurs d’avions. Dès 1905, Peugeot s’y était intéressé et assura une production durant la guerre, parfois sous licence.

Un manuel d’aviation de 1916 présente ce modèle sur Gallica Bnf .

Ce moteur de 200 ch équipa des bombardiers Voisin 8 ↓

Le salon de l’aéronautique de décembre 1919 eut lieu au Grand Palais. Peugeot y présenta donc deux moteurs puissants, mais qui ne furent pas suivis de production en série. Ses concurrents avaient plus d’expérience et Peugeot renonça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s