Besançon : qui se souvient de la rue Wilson?

L’Éclair Comtois du 5 juin 1919

Qui se souvient, à Besançon,  que la rue de la Préfecture fut brièvement baptisée rue Wilson, du nom du Président américain à qui l’on devait l’entrée en guerre des États-Unis, en 1917, aux côtés des alliés et donc de la France ?

L’article paru dans l’Éclair Comtois du 5 juin paraît relater une guerre picrocholine entre partisans d’une rue Clemenceau et partisans d’une rue Wilson. Mais, en fait, la divergence d’avis est beaucoup plus grave qu’il n’y paraît. C’est le conseil Municipal d’octobre 1918 qui avait décidé de débaptiser la rue de la Préfecture pour lui attribuer le nom de  Président Wilson sur une proposition faite au mois de juillet précédent.

Quand cette décision fut prise, aucune contestation ne s’éleva.

Mais, en 1919, lors de la Conférence de la paix, les Français les plus nationalistes  n’appréciaient plus le positionnement du président américain, jugé trop indulgent vis-à-vis de l’Allemagne et insuffisamment compréhensif vis-à-vis de la France.
Comme l’écrit la rédaction de l’Éclair Comtois, l’opinion s’était sensiblement refroidie non point à l’égard des Américains en général mais  à l’égard de M. Wilson  (voir 1er extrait, supra). Et durant l’été, la rue connut des affichages clandestins hostiles à Wilson.

Et le journal, approuvant l’acte de débaptiser cette rue, enchaîne en regrettant que l’on n’ait pas choisit d’autres personnalités alliées, ou françaises, pour les honorer en donnant leur nom à cette rue prestigieuse à Besançon. Déplorant d’autre part qu’il existât des rues Klein (l’Eclair Comtois qualifiait ce nom de judeo-boche – son antisémitisme était patent) ou Girod de Chantrans (aristocrate ayant renié sa particule et frayé avec la Révolution), et effaré par la possibilité d’une rue Jouchoux (syndicaliste et socialiste – l’antisocialisme du journal se durcissait après la révolution russe) ; bref, l’Eclair Comtois aurait bien rebaptisé toutes les rues qui ne se rapportaient pas à des hommes ou femmes d’Église… ou à la monarchie.

Il appréciait tout de même le coup d’éclat qui avait consisté à remplacer le nom de Wilson par celui de Clemenceau.  Mais cette rue Clemenceau ne dura que quelques heures. À Besançon, une autre porterait plus tard ce nom.

← Un lecteur s’était aussi réjoui de cette « farce », bien qu’il la considérât avec sérieux.

L’actuelle rue de la Préfecture changea de nom à plusieurs reprises. Le plus ancien nom était celui de la rue de Traverse qui devint rue de l’Intendance à la construction du bâtiment (devenu préfecture) par l’architecte Victor Louis. Elle fut la rue Jean-Jacques Rousseau et de la Fédération sous la Révolution et la rue Monsieur sous la Restauration avant de devenir rue de la Préfecture.

Un commentaire sur “Besançon : qui se souvient de la rue Wilson?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s