Le vote des femmes, accordé ? Désapprouvé par le Petit Comtois

Petit Comtois du 21 mai 1919

Depuis les débuts de ce blog, il a déjà été question du vote des femmes. Le combat des suffragettes existait bien avant 1914 et si elles se montraient virulentes surtout en Angleterre, nombreuses étaient les Françaises à agir aussi. On les vit, en 1914, réaliser un vote parallèle lors des législatives d’avril- mai.

Pendant la guerre, la participation des femmes fut remarquée et reconnue par son indispensable apport économique. Certains hommes pensèrent alors qu’il faudrait peu attendre, après le conflit, pour leur octroyer ce droit de vote. L’Éclair Comtois, journal catholique et traditionaliste, se montrait ouvert à cette nouveauté et l’on redira pourquoi.

De fait, dès 1918, de nombreux pays accordèrent ce droit de vote : Russie, Allemagne, Autriche et Hongrie, Roumanie et Pologne alors tous en pleine reconstruction ou construction constitutionnelle ; mais aussi, de façon plus ou moins restrictive : Royaume-Uni, Roumanie… Et en 1919-1920, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Etats-Unis…

La France n’échappait pas à ce débat, antérieur à la guerre, et les femmes purent croire à la réalisation de cette égalité citoyenne dès mai 1919 après un vote favorable de la Chambre des Députés. Ce vote ouvrait la participation féminine à toutes les élections et pas seulement locales comme il en avait été question dans le projet de loi Flandin. Le député socialiste Jean Bon avait élargi le droit de vote féminin à toutes les élections et fixé son âge à 21 ans et ses propositions furent adoptées.

Le Petit Comtois en rend compte ce 21 mai et se hâte à faire part de son scepticisme pour ce résultat. Confiant dans le Sénat pour  refuser ce progrès, la rédaction, fidèle à la position du Parti Radical-socialiste, explique pourquoi.

 Son anticléricalisme transpire derrière cette remarque : les électrices de demain resteront, pour le plus grand nombre, soumises à l’influence du clergé. Certes, l’emprise du clergé était une réalité dans certaines régions, mais l’éducation des femmes progressait continuellement et l’intelligence de leur vote aurait pu ne pas  être mise en doute par des politiques et des chroniqueurs qui se voulaient progressistes. En juillet, le pape se prononcerait pour le vote des femmes, et ce serait encore une raison supplémentaire pour que les anticléricaux s’y opposent.

En fait, la rédaction du Petit Comtois, comme les membres du parti qu’elle soutenait, ne s’inquiétait pas outre mesure, connaissant les positions majoritaires des sénateurs, ceux-ci allaient veiller à ne pas ratifier cette loi ou  faire traîner son examen suffisamment. C’est en 1922, que le Sénat rejeta la loi et il en fut ainsi à plusieurs reprises durant l’entre-deux-guerres.

Le 30 mai, sur deux colonnes à la une, Jules Bluzet réitérait la position de la rédaction avec une tribune réactionnaire cinglante : pour lui « par destination naturelle, dès l’origine du monde, la femme était destinée au foyer domestique, à l’intérieur ; l’homme, aux rudes travaux, à la vie extérieure, à la guerre, à la vie publique... » Et il continuait ainsi, énumérant les pires remarques conservatrices. Décidément, le Petit Comtois, depuis la disparition de Jules Gros, rompait avec le progressisme . Remarquons, dans l’extrait ci-dessous, une comparaison dans l’air du temps depuis que l’affaire Landru avait éclaté.


Jules BLUZET reçut des lettres de protestation contre sa tribune antiféministe.
← Mais il n’en démordit pas et, le 11 juin, il répéta ses craintes de voir les femmes voter. Pour lui, l’influence cléricale faussait leurs vues politiques au point de créer un danger pour la République. L’anticléricalisme des radicaux était parfois si aigu qu’il troublait leur réflexion. Et puis, tout simplement, Bluzet, comme d’autres, gardait une conception conservatrice de la société.

2 commentaires sur “Le vote des femmes, accordé ? Désapprouvé par le Petit Comtois

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s