Déjà la propagande présente Pétain comme l’homme providentiel

L’Éclair Comtois du 17 mars

Le rédacteur Georges Parville, encore lui, entreprend un portrait de Pétain.
La presse a commencé à en écrire depuis que l’Illustration, le 11 mars  a fait sa couverture avec cette image.17_03 EC Pétain portrait

On retrouve ce portrait sur Gallica Bnf  en page 65 d’un ouvrage de 1916 sur Verdun : Verdun, images de guerre… par John Grand-Carteret. Edition Chapelot (Paris) 256 p.

17_03 EC PétainPétain est déjà le sauveur de Verdun. Ardent, audacieux, énergique…un vrai chef.
Mais il est aussi décrit proche des hommes de troupe, tant par son comportement – jurons, humour – que par son investissement réel dans cette tâche ardue qu’est la défense de la Région Fortifiée de Verdun dont il a reçu, de Joffre, le commandement depuis le 26 février.

La figure du Pétain protecteur commence à être construite : face au désarroi des Français (comme plus tard en 1940), il est déjà présenté comme rassurant, incarnant protection et autorité.

17_03 EC Inpasseront pasL’écrit de Parville se termine par ce « Pass’ront pas ! Pass’ront pas! » des soldats français à propos des Allemands.

Une chanson populaire reprendra ce thème dès 1916

(in Gallica Bnf)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s