Bistrocratie

Envoyer à @Stsbam

L’Éclair Comtois du 14 août 1915

Pendant la guerre, les ligues de vertus ne désarmaient pas. L’Éclair Comtois, qui a toujours soutenu leur point de vue, fait sa une du 14/8/1915, avec une attaque féroce contre le syndicat des détaillants et grossistes en boissons qui, il est vrai, se comporte d’une façon corporatiste malhabile.

14_08 EC bistrocratie 1Le directeur de la publication, Louis Hosotte, ne manque pas d’à-propos en nommant sa diatribe bistrocratie. Il voit ces syndicats de commerçants exercer un pouvoir de privilégiés  s’enrichissant sur la faiblesse des hommes. Et pour compléter sa comparaison avec une opposition d’ordres entre ces bistrotiers privilégiés et leurs victimes, il continue à se référer à l’Ancien Régime bousculé par la Révolution en présentant la confédération syndicale réunie en Etats Généraux recueillant les Cahiers de doléances de chacun de ses membres et  tirant une synthèse due à l’un d’entre eux plus 14_08 EC bistrocratie 2brillant que les autres puisque comparé à Mirabeau.

Cette corporation s’insurgeait contre les campagnes de presse antialcooliques. Il est vrai que l’année précédente avait vu l’interdiction de  l’absinthe (billet du 27 janvier)  réduire quelque peu les bénéfices des détaillants et grossistes. Les craintes de l’état-major pour des troupes hébétées par cet alcool étaient à l’origine de cet interdit.

La presse catholique, poussée par les ligues de vertus avait applaudi à cette mesure. Et elle continuait à déplorer, sans avoir tort, les excès de la consommation d’alcool. Mais ses objectifs ne concernaient pas que la santé…

Au moment où le quart de rouge prenait une place si importante pour les poilus comme l’a démontré l’historien Christophe Lucand et comme l’a rappelé Stéphanie Trouillard sur le site de France 24, du centenaire de la première guerre mondiale, les acteurs du commerce des vins semblaient s’inquiéter exagérément.
Ils proférèrent des menaces à l’encontre des journaux qui les attaquaient en leur 14_08 EC bistrocratie 3promettant l’arrêt des publicités et en ne mettant plus à la disposition de leurs clients cette presse qui leur était hostile. L’Éclair comtois avait beau jeu de ricaner à l‘encontre d’un tel chantage bien maladroit (extrait ci-contre).

14_08 EC bistrocratie 4La dernière phrase de la tribune de Louis Hosotte est sans ambiguïté sur les objectifs de ces opposants à l’alcool. Bien sûr, ils se réfugient derrière des questions de santé publique, mais c’est pour que les Français constituent une race pure, forte, saine, capable de résister à l’envahisseur allemand et même à le dominer.

Ces déclinistes de la Belle-Epoque et du temps de guerre voyaient dans l’alcool un risque d’affaiblissement de la nation, de fléchissement de la supériorité raciale des Français. Leur nationalisme racial animait leur action. De même, en tant que cléricaux, ils déploraient de voir beaucoup d’hommes préférer le lien social du bistroquet local à celui de l’église et de l’office religieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s