Mesure de l’impact économique de la guerre à Besançon

Le Petit Comtois du 13 juin 1915

Valable pour le dernier trimestre de 1914, ce résumé de l’état de l’activité à Besançon  ne l’est certes plus au milieu de l’année 1915 quand la reprise se ressent un peu partout, mais il permet de mesurer l’importance du chômage dans les premiers mois de la guerre, d’imaginer la détresse des familles qui ne peuvent plus compter sur les salaires des maris comme sur celui des femmes ouvrières, la désorganisation du quotidien et la réorientation de l’activité vers l’armée.

13_06_bilan eco Bes 1L’horlogerie occupait des milliers d’ouvriers et même si beaucoup avaient été mobilisés, les plus âgés se retrouvaient inactifs par obligation. Cf. billet pour le 1er juin 1914 L’horlogerie dans l’industrie de Besançon, à la veille de la grande guerre : amorce d’un tournant.
La construction et les chantiers publics sont fermés. 13_06_bilan eco Bes 2Tous les métiers inhérents au bâtiment, de la maçonnerie à la menuiserie-charpente, de la couverture à la peinture et même un peu à l’électricité (déjà présente en ville), se trouvaient interrompus. Dans la ville, cela impliquait une inactivité gênante pour l’avenir.
L’usine des soieries de Chardonnet (cf. billet pour le 24 décembre 1913) qui employait aussi beaucoup d’ouvrières ne tournait plus. Il est rappelé qu’une partie de ses bâtiments avait été transformée en hôpital complémentaire (cf. billet pour le 20 août 1914)
Malgré ce sombre tableau, l’inactivité était rare. Des œuvres avaient été mises en place afin d’occuper un maximum des sans-emploi et sans ressources  et leur permettre de subvenir aux besoins alimentaires de survie. L’Office pour l’Utilisation des Femmes s’ajoutait  Cf. Billet pour le 23 août 1914 à la Croix Rouge ou à l’Union des Femmes de France et à la Ligue Patriotique des Françaises.
La ville continuait à vibrer d’activités autour de l’armée : dans les casernes  pour les nouveaux mobilisés et leur formation et pour l’approvisionnement des régiments ; à l’hôpital et dans les seize hôpitaux complémentaires où se dévouaient les professions de santé et de nombreuses femmes volontaires autour des blessés ; dans des lieux divers où les œuvres (associations) travaillaient aussi pour l’armée à la retouche d’uniformes, aux charpies et pansements… cf.  billet pour le 4 octobre 1914.

Dans la même édition du journal on précise que l’activité à Morez (Jura) était comparable, c’est à dire très faible. Mais depuis le début 1915, des fabricants d’horlogerie et de lunetterie s’y étaient regroupés et équipés pour fournir l’armée. Il n’est pas précisé en quoi, mais les fusées des obus nécessitaient des mécanismes précis et délicats que l’horlogerie pouvait usiner avec un matériel adapté. Il semble que les industriels Moreziens aient réagi plus vite que les Bisontins dont les patrons horlogers disposaient pourtant d’un syndicat.

Il y a donc quelques mois, d’août à décembre 1914 et encore un peu le début de 1915, où la vie économique de la ville dépend de l’armée et de ses commandes, de l’administration et des salaires des fonctionnaires, puis des allocations versées aux femmes de mobilisés et aux veuves de soldats,  des commerçants de l’alimentation et de tous ceux qui travaillent à l’approvisionnement alimentaire en gros.
Les plus fortunés tenaient encore leur position en attendant la reprise économique. Mais l’inflation commençait à grignoter la rente, surtout quand elle était basée sur des loyers avec le moratoire qui les concernait depuis août 1914.

La reprise se manifeste donc dès le début 1915 avec le redémarrage de l’industrie, surtout dans l’objectif des fournitures aux armées. Un rapport parlementaire de juin 1915 (résumé dans le Petit Comtois du 26 juin, p.3, 5e colonne) donne les chiffres suivants pour l’industrie française : sur 27 610 établissements, 45% étaient restés ouverts en août 1914, mais déjà 77% étaient en activité en avril 1915.
Mais la pauvreté sévissait encore et la solidarité tant vantée dans la presse locale ne devait pas la faire beaucoup reculer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s