Début juin 1914 : la vacance du pouvoir gouvernemental

Le Petit Comtois du 4 juin 1914

Le succès électoral de la gauche aux législatives du 10 mai, laissait possible une stabilité gouvernementale, d’autant que les radicaux étaient favorables au maintien du Gouvernement Doumergue. Mais celui-ci démissionna le 2 juin et il fallut plusieurs jours pour que le Président Poincaré trouve un Président du Conseil en la personne de René Viviani. Ce dernier mit sur pied, avec beaucoup de difficultés, un gouvernement largement constitué de radicaux-socialistes. Il fut en place le 13 juin.PC 04_06_1914 Viviani photo

On comprend mieux le titre du Petit Comtois, la crise ministérielle, en sachant combien de temps il fallut pour retrouver un gouvernement. Sur la photo ci-dessus, René Viviani apparaît lui-même fatigué et inquiet, en tous cas soucieux de savoir qui il va appeler aux fonctions ministérielles. Il échoua le 6 juin avant de revenir sur cet échec et de mener à bien cette formation gouvernementale. Un ministère Ribot avait été constitué entre-temps, mais si peu appuyé sur les radicaux-socialistes qu’il n’avait aucune chance de tenir malgré l’annonce d’une politique de gauche.

PC 04_06_1914 Viviani 1L’édition du 5 juin revient sur ces consultations et tensions. Elle est en décalage par rapport à la mise en place définitive de ce Cabinet, mais vu l’échec du ministère Ribot, elle reste valable.

Le journal se fait un malin plaisir à narguer la presse de droite qui a porté aux gémonies Viviani lorsqu’il était ministre de l’Instruction Publique du dernier Gouvernement  et y affichait une laïcité sans faille.

PC 04_06_1914 Viviani 2Le Petit Comtois se réjouit des rancœurs de la droite et du centre obligés à ronger leur frein, n’étant pas parvenu à faire éclater l’union de la gauche. En effet, la droite a tout fait pour faire tomber le gouvernement Doumergue espérant une crise à gauche entre les socialistes et les radicaux. Elle a cru triompher quand celui-ci a démissionné, mais le gouvernement Viviani  allait confirmer le succès de la gauche en nommant aux différents ministères surtout des membres du parti radical-socialiste. On allait retrouver Bienvenue-Martin au ministère de la Justice, il avait été ministre de l’Intérieur dans le cabinet Rouvier et, à ce titre, avait réalisé la séparation de l’Église et de l’État ; M.Malvy au ministère de l’Intérieur qu’il avait déjà occupé dans le cabinet Doumergue ; aux finances M. Noulens, lui-même, dans le cabinet Doumergue occupait le ministère de la guerre cette fois-ci confié à M. Messimy qui avait déjà le titre dans le cabinet Caillaux…

C’est ce Gouvernement qui devra affronter la crise de juillet et la déclaration de guerre d’août.PC 04_06_1914 Viviani photo 17 juin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s