Jaurès à la une de la tribune « Opinions » du Petit Comtois.

Le Petit Comtois du 19 mai 1914

Avec sa verve et son enthousiasme, Jaurès revient sur les heureux résultats des législatives et sur les enjeux des élections : loi de trois ans et impôt sur le revenu. Puis il rassure ses adversaires politiques et ses alliés radicaux…

PC 19_05_1914 JaurèsIl commence par livrer une appréciation faite d’expérience parlementaire, de pragmatisme. La Chambre est à gauche, mais ce sont quelques uns des élus qui feront pencher ou non la balance en faveur d’une loi. Il argumente à partir de la Chambre de 1893-98 qui soutint alternativement un gouvernement pour l’Impôt sur le revenu et un autre contre, tout cela par le fléchissement de quelques esprits et la vacillation  de quelques consciences.  Que cela est bien dit pour nommer l’inconstance de quelques députés.

PC 19_05_1914 Jaurès 2Jaurès se réjouit ensuite du succès des socialistes (102 élus), et note de ce fait, la déception  des réacteurs (nous dirions réactionnaires), des modérés et des briandistes (la Fédération des gauches avec Briand et Millerand). Et il annonce une volonté de réformes pour répondre aux aspirations de son électorat. Il reprend alors les deux grandes questions qui avaient animé la campagne électorale.

PC 19_05_1914 Jaurès 3Sur la loi de trois ans, Jaurès renoue avec les combats qu’il a menés contre elle…Partant d’une analyse du journal modéré, le Temps, il argumente de façon claire et efficace, comme à son habitude, persuadé que la loi ne tiendra pas longtemps si  l’état-major change de point de vue. Il est convaincu que la réserve, basée sur un recrutement régional, peut suffire à assurer fermement et rapidement la défense du pays.

PC 19_05_1914 Jaurès 4Mais croire en un changement de position de la part de l’état-major n’était-il pas illusoire pour espérer se débarrasser de cette loi accablante et funeste ?

PC 19_05_1914 Jaurès 5– Il démonte ensuite tous les mensonges des opposants à la loi instituant l’impôt sur le revenu, rappelant d’autre part que cet impôt est déjà pratiqué chez deux grands voisins, l’Angleterre et l’Allemagne.

Il appelle alors l’allié radical-socialiste à faire preuve de respect de ses engagements, et à écarter l’incertitude et la timidité.

PC 19_05_1914 Jaurès 6Enfin, il rassure. Non, les socialistes n’imposeront pas une dictature sociale. Non, ils ne seront pas des tyrans qui ne respecteraient pas la loi de la majorité. Conscient que celle-ci n’est pas convaincue par les idées socialistes, Jaurès annonce le respect du suffrage universel qui n’a pas donné à la SFIO une majorité. Mais il veut que l’on comprenne le sens de ce mouvement populaire qui a conduit 102 élus socialistes à l’Assemblée : promettre aux peuples tourmentés la sécurité dans la paix et le progrès dans la justice. Dans la même édition du journal (ci-dessous), on  apprend que Jaurès et son  groupe ne demandent pas la vice-présidence de l’Assemblée Nationale, jugeant cette demande disproportionnée aux résultats. Pour Jaurés, on retrouve la même modération que précédemment.PC 19_05_1914 Jaurès 7

Pour clore cet article, on sait que la loi sur l’impôt sur le revenu sera votée en juillet, mais en contrepartie la loi de trois ans sera maintenue. De toute façon, le début de la guerre n’allait plus permettre de la modifier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s