Campagne électorale (5) suite. À l’approche du scrutin, les coups volent…

Le Petit Comtois du 17 avril 1914

Précédents articles sur le sujet : 5 avril 20 mars14 mars04 mars.

Les comptes-rendus de réunion de la campagne pour les législatives du printemps 1914, dans le Petit Comtois,  sont la preuve que les mœurs politiques ont toujours été brutales.
PC 17_04_1914 chronique électorale 1Pour ruiner l’image de l’adversaire, on lui prête bien des défauts : menteur, falsificateur, équivoque, versatile,  opportuniste,  farceur, démagogue… Celui-ci ne chercherait qu’à tromper l’électeur pour obtenir son vote. La chronique du Petit comtois du 17 avril ne fait pas dans la dentelle vis à vis des adversaires des radicaux-socialistes, souvent à juste titre. Quelques exemples dans les circonscriptions de Besançon, ville et campagne,  suffiront.

D’abord, le Petit comtois s’en prend au journal de l’autre camp, la Dépêche, accusé de falsifier les propos du candidat radical dans la circonscription de Besançon-ville, PC 17_04_1914 chronique électorale 2Maurice Bernard.

Puis la chronique continue en démontant un candidat libéral de droite, on le dirait centriste aujourd’hui, le maire de Besançon, M. Saillard. Le Petit Comtois le présente facilement comme un homme de la réaction la plus traditionnelle, celle du cléricalisme et du monarchisme parce qu’il a le soutien des conservateurs bisontins et de l’archevêché. Le chroniqueur revient alors sur des engagements de non-cumul (maire et député) tenus PC 17_04_1914 chronique électorale 3par M. Saillard et ses soutiens. Ah,  les cumulards ! la IIIe République affichait déjà 25 % à 35 % de députés-maires et 40 % à 50 % de députés-conseillers généraux. On sait que la Ve République a renoué avec ces pratiques. Le Petit Comtois enfonce M. Saillard en le traitant de grossier arriviste et de cynique farceur.

PC 17_04_1914 chronique électorale 4Afin de nier sa liberté d’action, le candidat Saillard devient l’obligé d’un puissant, selon le journal, le simple porte-parole des autorités qui lui commandent, en l’occurrence l’archevêché et le marquis de Moustier. Bref, jamais celui-ci ne peut apparaître honnête et sincère, il est dépeint comme un pion sur l’échiquier politique de droite.

Tout cela pour dénigrer ses propos quand le candidat manifeste son attachement à la République démocratique et sociale. Ne pouvant soutenir la laïcité au risque de perdre l’appui des cléricaux, M. Saillard est piégé par le journal sur ce thème très porteur à cette époque.

PC 17_04_1914 chronique électorale 5N’en étant pas à une contradiction près, le Petit Comtois  démontre que M. Saillard est critiqué par les plus conservateurs, ceux qui avaient voulu créer un parti catholique, à Besançon. Alors que précédemment M. Saillard était présenté comme l’homme de l’archevêché.
Jean Guiraud , qui a œuvré pour ce parti catholique s’est montré interrogatif à propos de  M. Saillard avant sa déclaration de candidature, mais non critique.

PC 17_04_1914 chronique électorale 6Terminons avec la campagne d’Albert Métin. Celle-ci se déroule en milieu rural et oblige le candidat à des déplacements longs et incessants. Sa campagne n’est donc  pas moins difficile qu’en ville. Ci-contre,  la contradiction vient d’un conservateur, le Petit Comtois utilise alors l’outrance quand il prête à cet adversaire le désir de rétablir la taille et la corvée.

Tout cela est de bonne guerre, et les différents camps politiques utilisent les mêmes armes, mais certains le font avec plus d’habileté de langage et il faut reconnaître au Petit comtois des chroniqueurs politiques talentueux. Pour ces élections législatives, les radicaux-socialistes avaient fort à faire avec la droite traditionnelle, mais aussi avec la Fédération des gauches.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s